AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ϟ A la recherche d'un passé oublié WITH Anne Boleyn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

••••••••••••••••
Hey mais c'est
Elizabeth Tudor
Yeah ❤
••••••••••••••••

Copyright : Mari-Jane


YOU && ONLY YOU
ORIENTATION SEXUELLE: Hétérosexuel
RELATIONSHIPS:
YOUR SECRETS:
MessageSujet: ϟ A la recherche d'un passé oublié WITH Anne Boleyn    Dim 6 Fév - 22:58

«  Elizabeth, fais bien attention à toi. »
«  Oui Mrs McCrory. »
« Ohhh combien de fois faudra t-il que je te dise qu'il faut m'appeler Molly? »

Alors que je souriais, une rougeur confuse apparût sur mes joues. Je n'avais pas encore l'habitude d'appeler Mrs McCrory par son prénom, surtout qu'à mon époque, je n'appelais jamais les personnes par leurs prénoms sauf pour mon frère et ma sœur. Être en famille d'accueil m'aidait beaucoup à m'adapter à cette nouvelle vie. Mr et Mrs McCrory était vraiment des personnes gentilles, ils ont beaucoup fais pour moi, comme m'aider dans mon adaptation et aussi à me trouver des personnes de mon âge qui pourraient m'aider. Comme par exemple leur nièce Hélène. Une jeune fille très intelligente qui sait beaucoup de chose.
Je me mettais en marche, vêtue d'un jean et d'une ravissante tunique beige, autour de ma taille se trouvait une ceinture marron. La mode aussi avait changé, ici les femmes portaient des pantalons contrairement au XVIéme siècle. Ce n'était pas pour me déplaire, mais le changement était trop grand.
Molly m'avait fourni un sac à main dans lequel se trouvait un portable, une chose qui nous permettait de joindre quiconque et à n'importe quelle distance. Cette époque m'impressionnait de plus en plus, surtout en ce qui concernait la médecine. Dire que maintenant les enfants mourraient moins souvent et surtout il y avait de plus en plus de vieillard. Dire que moi, je ne vieillirais jamais.
A mon réveil, je m'étais tout de suite sentie différente, ma peau était de marbre et la soif qui me tiraillait. C'est elle qui m'avait fais quitter la cave, m'éloignant ainsi des miens que je n'avais toujours pas revu à ce jour.

Aujourd'hui, je marquais ma première sortie en solitaire dans les rues de Londres. Après quelques semaines à cette époque je pouvais bien me le permettre. William, le mari de Molly m'avait beaucoup aidé en ce qui concernait les rues de Londres et surtout pour pouvoir me déplacer, parce que pour tout vous dire à mon époque, le bus et le métro ça n'existait pas.
Seule, j'allais tenter le métro, je m'engageais alors dans la station du quartier, j'étais assez hésitante face à la foule qui se pressait, mais je pris mon courage à deux mains. N'étais-je pas une princesse?
L'un des train arriva et je me mis à slalomer entre les corps pour m'engouffrer à l'intérieur. Je restais là debout, tandis que le train avançait, je fus prise parfois de nausée, mais sans vomir, sinon je ne préférait pas imaginer le visage des personnes si cela m'arrivait.
Les stations passèrent et j'arrivais enfin à destination dans le West End. C'était l'un des quartiers les plus historiques de Londres, avec Big Ben et la Tour de Londres, le lieu où je me rendais.
Vous devez vous demander pourquoi je me rendais dans ce lieu? Pour vous répondre, la Tour est pour moi un lieu symbolique, puisque comme les livres d'histoires le raconte c'est là-bas que ma mère est morte et enterrée. Ce que je ne savais pas avant. J'espérais même trouver un portrait d'elle dans un musée. Molly m'avait fais découvrir internet et grâce à ça, j'ai pu voir le visage de ma génitrice. Sur le coup, j'ai senti mon cœur battre à la chamade, en découvrant cette mère dont je n'avais plus aucun souvenir. J'en voulais énormément à mon père de m'avoir occulté tout souvenir de ma mère. Mais, ce sentiment, je le camouflais, le roi Henri mon père était dans son bon droit puisqu'on lui avait apporté des preuves sur le fait que ma mère l'avait trompé.
Pour éclaircir cette affaire, j'avais plongé mon nez dans les livres d'histoires et il semblerait que les chercheurs aient prouvé l'innocence de ma mère.
Innocente, elle l'était. Moi même j'ai payé pour ses sois disant fautes, j'ai été répudié, ignoré par mon père. Mais aujourd'hui, tout était différent. Cette époque m'apportait une nouvelle force. Je me sentais apte à affronter ce monde et à vivre ma vie comme je l'entendais.

Mes pas me conduisirent rapidement à la Tour. J'ai appris il y a pas longtemps que le lieu abritait les bijoux de la couronne anglaise. Je n'avais pas encore fait des recherches sur la nouvelle reine, de toute façon j'avais appris, qu'elle n'avait plus aucun pouvoir dans ce pays.
Je marchais sur sur le sol pavé de la Tour. Alors que je visitais le lieu, je tombais sur une pancarte qui indiquait l'endroit où se trouvait l'échafaud. Ainsi c'était ici que ma mère perdît la vie. Un frisson me parcourût, je ne préférais pas imaginer. D'après ce que j'avais découvert, le bourreau avait pris en pitié ma mère et lui avait rendu la mort plus douce.
Après un dernier regard sur la cour, je m'en éloignais pour me rendre à la petite chapelle St Peter ad Vincule, de la Tour.
J'entrais alors dans le beau bâtiment datant de mon époque. Je reconnaissais avec ravissement l'architecture de ce lieu qui avait été érigé par mon père.
Mes yeux parcouraient chaque mur, chaque pierre, jusqu'au moment où ils tombèrent sur deux tombeau. Le premier celui de mon ex-belle-mère Katherine Howard et le second celui de... ma mère.
Je m'approchais alors de la tombe de cette dernière, mes yeux rivaient sur la gravure de son nom. Comme attirée, ma main s'approcha de cette gravure, quand soudain une voix me héla.
Revenir en haut Aller en bas
ANNEBOLEYN.
    Tragic Destiny
avatar

••••••••••••••••
Hey mais c'est
Anne Boleyn
Yeah ❤
••••••••••••••••

Copyright : Angel's Industry
Localisation : not here darling


YOU && ONLY YOU
ORIENTATION SEXUELLE: Hétérosexuel
RELATIONSHIPS:
YOUR SECRETS:
MessageSujet: Re: ϟ A la recherche d'un passé oublié WITH Anne Boleyn    Lun 7 Fév - 0:53

Je me suis enfin décidée à ne plus dépendre de mon soit disant cousin, j'ai pris mon courage à deux mains et j'ai enfin entrepris ce que toutes les jeunes filles de 2011 entreprennent dès leur majorité. La conquête d'un permis de conduire. Pourquoi ne l'ai point fait plus tôt, c'est une excellente question, je crois simplement que malgré le fait que j'ai traversé les âges et que j'ai vue l'évolution de faire, les véhicules à moteurs restent un grand danger pour moi. Et je ne nie pas craindre de conduire ses engins à moteur. Cependant, Aujoud'hui je me suis enfin décidée à prendre rendez-vous pour mon premier cours de conduite avec un moniteur. L'homme sentait particulièrement bon et son sang bouillonnait dans ses artères telle un bon bouillon mijotant sur le feu. Je fus alors prise d'un étonnante nostalgie. Moi, ayant pas plus de dix ans, couchant à travers la demeure familiale pour échapper à mon frère Georges avec qui, ma soeur Mary et moi aimions tant jouer au chat et à la souris. J'étais alors entrée essoufflée dans les cuisines et vis pour la première vois notre cuisinière madame Mongomerry. Une femme charmante qui me permit de coûter aux mets qu'elle préparait pour le dîner, c'était un bouillon des fruits et une tarte à la viande. Et c'était la première et la dernière fois, à cette poque que je suis entrée dans une cuisine et que j'ai vu un repas se préparer. C'est incroyable quand on y songe...

Mes rêveries m'avaient détachée du monde réel et je me promenais à nouveau dans les prairies verdoyantes du XVIème siècle, ce qui fait que je n'ai pas été particulièrement attentive à ce que me disait mon futur moniteur d'auto-école je dus donc le faire répété afin que je sois certaine d'avoir tout enregistré mon premier cours aurait donc lieu demain en fin de journée. Je fus ensuite extrêmement choquée du prix qu'il me demandait, j'avoue que je ne m'attendais point a de telles extrémités. La prochaine fois j'irais me renseigner sur internet avant de me lancer dans un tel manège. Cela dit, ma paye d'enseignante à l'université de Londres me le permet largement d'autant plus que je n'ai qu'une moitié de loyer à payer étant donné que Amadeo paye l'autre moitié. De plus c'est un bon investissement dans quelque moi j'aurais de droit de conduire et donc j'économiserais le prix de mon abonnement de métro et de bus et je cesserais également de solliciter mon maitre à danser dès que je désirs assouvir une envie originale, comme il me prenait de plus en plus souvent ses derniers temps. Il est vrai que depuis que je suis descendue dans les caves du palais de Whitehall et que j'ai libéré ses habitants, depuis bien trop longtemps enfermé, je deviens très imaginative sur les lieues où je pourrais les retrouver. J'ai bien trouvé Henri sur un cheval aux abords d'une autoroute. J'avoue que cela nous a bien fait rire, cela dit je veux bien croire qu'arriver au XXIe siècle après avoir "dormi" 5oo ans environ ça ne doit absolument pas être facile. Cela dit, maintenant que j'ai retrouvé mon ex-mari je souhaite de tout mon coeur, retrouver ma fille, ma douce fille qui m'a été arrachée après seulement trois ans. Chercher à la revoir après mon exécution m'était impossible. Pourquoi ? Étant donné que j'étais vu comme une sorcière dans le royaume d'Angleterre, comme une traitresse. De plus, c'était censée être morte j'aurais été prise pour un fantôme et je craignais que ma fille n'aie peur de moi. C'est pourquoi je suis partie, partie d'abord en France, puis en Allemagne et j'ai même passé quelques temps dans le Nouveau Monde. Par la suite je suis revenue dans le seul pays où je me sens réellement chez moi.

Lorsque je suis sortie du bureau d'inscription pour les cours pratiques (j'ai omis de dire que la théorie est déjà acquise) je vis au loin le parlement de Westminster. Ce qui fit à nouveau remonter une vague de souvenirs. Je décidai donc de prendre le métro et je sortis au pied du célèbre Big Ben. Je levais les yeux avec un certain sourire caressant le collier avec la pierre bleue. C'était grâce à elle que je pouvais vivre au soleil. D'ailleurs, ce n'est pas "l'original" lorsque je suis allée dans la cave j'ai perdu mon premier pendentif. Je suppose, ou du moins j'espère qu'un des vampire s'en est emparé, car en revenant le lendemain soir je ne l'ai point retrouvé. Je sais que ce n'est pas Henri qui l'a. J'espère intérieurement que me brillante fille l'a pris. Je ne la connaissais pas, c'est vrai, mais je savais qu'elle était brillante. Puisque malgré toutes les horreurs que Henri aie pus faire il l'aimait de tout son coeur et je suis certaine qu'il lui a offert une éducation exemplaire et que si ça n'avait pas autant mal tourné elle serait devenue une reine des plus merveilleuses.

Je longeais le parlement avant de voir la fameuse et tristement célèbre tour de Londres et ses corbeaux, les corbeaux ont été ma "dernière" vision avant d'être exécutée. J'avoue que mon bourreau avait fait preuve d'une grande miséricorde en me tuant, je n'ai quasiment rien vue venir, évidemment maintenant j'aurais senti le piège du coup de l'épée, mais à l'époque j'étais une toute jeune vampire et je ne savais pas encore comment utilisé mes nouveaux sens extraordinaires. Je paye mon entrée pour une visite de la tour et en y entrant je ressens un certain mal être, cela me faisait mal de revenir, c'est la première fois que je revenais depuis la date de mon exécution. je décide de ne pas faire le tour "touristique" et fait ma propre visite. Dans le musée je vois des portraits de Hans Holbein. Monsieur Holbein faisait des choses merveilleuses, il n'était pas seulement portraitiste officiel de la cour, mais aussi graveur et architecte cet homme était un véritable génie.

Après le musée je descends dans la coure intérieure où se trouve l'échafaud et en le voyant une vague d'émotion incontrôlable me submergea et des gouttes de sang se mirent à perler aux coins de mes yeux. Je les essuie rapidement à l'aide d'un mouchoir en papier que j'ai trouvé dans mon sac à main. Je décide de quitter ce lui qui me fait éprouver tant d'émotion et j'arrive dans la chapelle et je découvre que je ne suis pas seule. À l'endroit ou normalement je devais gésir pour l'éternité un jeune demoiselle aux longs cheveux roux était agenouillée. Que faisait-elle qui pourrait bien pleurer une reine morte depuis des siècles ? À moins que... je ne sois pas une reine pour elle mais... mais une mère ? Et... et s'il s'agissait de ma fille. Oh je sais bien qu'il y a peu de chances, mais après tout il y a cette possibilité.


Anne Boleyn« Je trouve que le seul réel tort d'Anne Boleyn était d'avoir été trop ambitieuse. »


Ai-je alors dit d'une voix douce en m'approchant, le bruit de mes talons raisonnaient à travers l'édifice, m'approchant de la demoiselle. J'avais souhaité capter son attention et ainsi identifié si elle était une humaine ou une vampire. Et si par hasard elle portait mon ancien collier, qui sait. J'étais vêtu d'un jean slim et d'une chemise dans les tons bleus clairs, ce qui allait manifestement bien avec mes yeux.

_________________
UNDERCO
Revenir en haut Aller en bas
http://hampton-court.1fr1.net
avatar

••••••••••••••••
Hey mais c'est
Elizabeth Tudor
Yeah ❤
••••••••••••••••

Copyright : Mari-Jane


YOU && ONLY YOU
ORIENTATION SEXUELLE: Hétérosexuel
RELATIONSHIPS:
YOUR SECRETS:
MessageSujet: Re: ϟ A la recherche d'un passé oublié WITH Anne Boleyn    Lun 7 Fév - 3:00

A l'entente de cette voix, je détachais mon regard de la tombe de ma mère, pour faire face à une jeune femme brune. Celle-ci était vêtue d'un jean et d'une chemise. A son apparence, je jugerais qu'elle ait environ une vingtaine d'année. Avec impolitesse, je dévisageais ouvertement le visage de cette femme qui me paraissait familier, même si je n'arrivais pas à me rappeler où j'avais bien pu l'apercevoir.
Quand cette femme m'avait parlé quelques secondes auparavant, elle avait évoqué Anne Boleyn, en disant que son seul tort était son ambition. Je ne pouvais qu'approuver. Mais à l'époque, l'ambition n'était-elle pas de mise pour vivre une vie décente? Avec mon titre, je n'avais pas eu besoin de beaucoup d'ambition, même si pendant de longues années, j'en avais pâti, mais mon père avait su me pardonner les erreurs de ma mère.

« Oui probablement, en tout cas c'est ce que mes professeurs répètent souvent. Même si ils ne mettent pas de côté son infidélité envers le roi. »

J'ai préféré évoquer des professeurs plutôt que de dire, que j'avais fais mes propres recherches dans les livres d'histoires et l'internet. Puisque ici, les jeunes personnes de mon âge étudiaient toujours. Je fixais toujours la femme avec une indescriptible curiosité. D'ailleurs, je ressentais un étrange poids dans ma poitrine en la regardant. Ma poitrine n'était pas la seule à me provoquer un poids, il y avait aussi ce pendentif que j'avais trouvé dans notre tombeau. Il était monté avec une ravissante pierre bleu. Je venais tout juste de me réveiller, quand je l'ai découvert, il était posé sur le sol au milieu de la pièce. Je l'ai pris sans l'ombre d'un remord, ne cherchant pas à savoir à qui il pouvait appartenir. Aujourd'hui, je ne quittais plus ce collier, qui comme je l'avais découvert me permettait de vivre dans le jour, pour ne par le laisser à découvert de peur qu'on ne tente de me le voler, je le cachais sous mes vêtements, ainsi personne ne pouvait le voir.
En repensant à mon ancien tombeau, je ne pouvais m'empêcher de vouloir savoir ce que mon cher frère Édouard avait bien pu devenir, est ce que père ou Mary c'était occupé de lui, ou encore notre chère amie Anne de Clèves? Bien qu'il ait plus de place dans le coeur froid de mon père, je ne pouvais m'empêcher d'aimer ce frère dont l'innocence et la bonne humeur me comblait de joie. Édouard avait toujours été un petit rayon de soleil. J'espérais vraiment le retrouver un jour.

Je sortis de mes pensées pour voir que la femme me contemplait toujours. Pourquoi était-elle toujours là? Est ce que je la gênais? Au moment où j'allais la questionner, le portable que Molly m'avait acheté se mît à sonner. Je m'excusais auprès de la femme, qui c'était dirigé vers la tombe de Katherine Howard, à cause du bruit. Je sortis le téléphone de mon sac pour m'apercevoir que je venais de recevoir un message de Molly, « Tout se passe bien? ». Je souris face à ce court message, court mais qui me faisait plaisir, j'aimais voir que je n'étais pas seule dans ce monde qui m'était inconnu et que les quelques personnes que j'avais rencontré, s'inquiéter pour moi. Je n'avais jamais attisé l'inquiétude chez une personne, cela en était presque plaisant. Avec un peu de mal je répondis à la femme, pour lui dire que tout allé bien et que je ne m'étais pas trompé une seule fois de chemin. Je remis alors le téléphone dans mon sac et je vis que la mystérieuse femme était toujours là. Si elle posait aussi longtemps près des tombes, c'était qu'elle n'étais pas une simple touriste.
Ma curiosité et ma soif d'apprendre étaient piqué au vif, je me devais de questionner cette femme, peut être en savait-elle un peu plus sur ma famille. Je m'approchais lentement d'elle, on entendait à peine les bruits de mes pas à cause des petites ballerines que je portais.

« Excusez-moi, vous avez l'air de connaître beaucoup de chose sur les Tudor. Est ce que vous en savez plus sur le reine Anne Boleyn? Au lycée on apprend que les éléments importants, mais jamais les détails et j'avoue que vos paroles ont piqué ma curiosité. »

J'ajoutais à mes paroles un petit sourire. J'espérais ne pas déranger cette femme et surtout pouvoir en apprendre un peu plus. Pour le moment, je n'avais pas encore écumé toutes les bibliothèques de Londres à la recherche d'information quant à mon histoire et celle de ma famille. Je ne voulais pas vraiment me fier aux livres scolaires et à l'internet. William m'avait avoué que dessus les gens posté que ce qu'il voulait et que pour obtenir des information valables, il valait mieux chercher par nous même et mettant notre nez dans les livres.
Je n'avais pas peur de passer de longues heures à faire des recherches sur ma famille et ce monde. J'avais l'éternité pour le faire maintenant. Ce que je regrettais le plus c'est d'être figé à dix sept ans, je ne pourrais jamais me voir vieillir et je sais qu'avec mon apparence, personne ne me prendrait jamais au sérieux. La jeunesse dans ce monde avait juste le droit de se taire, ça me rappelait un peu mon époque, sauf que là-bas c'était les femmes qui devaient se taire.
Je regardais la femme et celle-ci ne me répondait toujours pas. Confuse, je baissais la tête tout en reculant en même temps.

« Excusez-moi de vous avoir dérangé, je ferais mieux de partir. »

Je tournais les talons et fixais une dernière fois la tombe de ma mère. Mon regard était repli de tristesse, j'aurais tellement aimé me souvenir de son visage ou des moments que j'avais passé avec elle, mais cela n'était impossible. Ces images là du passé avait été effacé par le temps.
Revenir en haut Aller en bas
ANNEBOLEYN.
    Tragic Destiny
avatar

••••••••••••••••
Hey mais c'est
Anne Boleyn
Yeah ❤
••••••••••••••••

Copyright : Angel's Industry
Localisation : not here darling


YOU && ONLY YOU
ORIENTATION SEXUELLE: Hétérosexuel
RELATIONSHIPS:
YOUR SECRETS:
MessageSujet: Re: ϟ A la recherche d'un passé oublié WITH Anne Boleyn    Lun 7 Fév - 18:18

Étant professeur d'histoire et de littérature à l'université de Londres je savais comment parler de moi avec une certaine distance et ne pas devenir limite hystérique dès que l'on parlait d'adultère. C'est bien pour cela que l'on m'a tranché la tête, simplement que ce n'était point les bonnes raisons. Henri désirait se débarrasser de moi parce que je suis une femme ambitieuse qui a mis son nez dans ses affaires. De plus il vivait une romance avec cette...catin de Jeanne Seymour et troisième raison je l'ai transformé en immortel sans son autorisation et sachez que Henri VIII n'aime pas du tout que l'on face des choses sans son consentement. Cela dit, je suis bien contente qu'à l'époque il ignorait encore comment tuer un vampire. Ma créatrice, Lady Rocheford, était une femme très prévenante elle m'a tout de suite prévenue des risques et m'a offert la pierre qui me permettait de m'exposer au soleil sans gravité. Il me tarde aussi de la revoir, un lien très étrange lie le créateur et sa progéniture dans notre race c'est comme une relation père - fils et dans notre cas mère - fille.

Lorsque je suis entrée dans la chapelle qui abritaient mon tombeau et celui de cette pauvre Catherine Howard, tombée en disgrâce à cause de son amour pour l'un des valets du roi... je n'aurais pas aimé reposer auprès de cette femme. Cela signifiait que le roi me mettait au même rang qu'elle. Elle l'avait épousé pour son argent et sa célébrité. Moi je l'ai aimé Henri, je l'ai tendrement aimé et si je suis descendue dans cette cave c'était pour le libérer lui, non pas que je ne veuille pas libérer le reste de la cour, simplement que j'ignorais si mes amis et ma fille faisaient parie des survivants. Donc si je suis descendue pour lui, c'est sans doute car, je n'ai jamais cessé d'aimer cet homme aussi cruel puisse-t-il être il reste mon seul véritable amour, celui avec qui j'ai eus de violente querelles, celui avec qui j'ai ri aux éclats lors de promenade au bord de la Tamise, celui avec qui je suis parvenu à mettre au monde la plus belle réussite de ma vie, ma fille. Malgré les siècles je n'ai cessé de penser à elle de revoir ses yeux tristes lorsque je suis venu lui dire que j'allais devoir partir, puis son sourire lorsque je lui promis de penser à elle et de revenir un jour. Et je tiendrais cette promesse. Je regrette de ne pas avoir été là pour l'entendre me réciter ce que ses précepteurs lui ont appris. Oh oui je le regrette chaque jour. Chaque jour, je ne peux m'empêcher de me demander si Henri l'a épargnée, si elle est en vie quelque part.

Elizabeth Tudor« Oui probablement, en tout cas c'est ce que mes professeurs répètent souvent. Même si ils ne mettent pas de côté son infidélité envers le roi. »

Dis doucement la jeune demoiselle rousse qui se trouvait déjà agenouillée devant mon tombeau, je me suis permise de la haler de la sorte car j’avoue trouver bizarre que quelqu’un puisse être si émue devant une tombe qui a tout de même bientôt 572 ans Cela a donc éveillé ma curiosité.

Lorsque l’enfant se retourna, j’eus comme une sorte d’éléctrochoc, c’était un vampire, cela se reconnaissait à sa peau pâle et sa beauté si parfaite, de plus il me semble reconnaître, autours de son cou une chaine en or qui doit normalement être reliée à un pendentif avec la pierre bleue. Je me suis approchée en la dévisageant. Était-ce possible que cette jeune fille en âge d’aller au lycée fusse ma fille ? Un sourire bien veillant écarta mes lèvres pour ainsi ne pas l’effrayer. J’entendis alors la sonnerie d’un téléphone portable elle se redressa s’excusant et, me tournant le dos lus son message à côté de la tombe de Catherine. Cela me laisse quelques secondes pour réfléchir et me rendre peu à peu compte de ce qui est en train de se produire. Je crois que je peux dire sans trop me tromper que j’ai conversé avec ma fille, ma petit Elizabeth. Je m’en réjouit, cependant, je ne peux pas lui sauter au cou pour la supplier de me pardonner cette si longue absence. Je ne souhaite nullement l’effrayer. Je fixais mon nom gravé dans la pierre alors que l’enfant revenait vers moi et s’adressa à nouveau à moi d’un petit air timide.

Elizabeth Tudor« Excusez-moi, vous avez l'air de connaître beaucoup de chose sur les Tudor. Est ce que vous en savez plus sur le reine Anne Boleyn ? Au lycée on apprend que les éléments importants, mais jamais les détails et j'avoue que vos paroles ont piqué ma curiosité. »

Je n’arrive point à y croire elle désirais m’entendre conter notre propre histoire de famille. Cela me réchauffe le cœur, puisse-il encore être réchauffé depuis tous ses siècles. Je reste quelques secondes sans voix face à cette requête. Oh bien sûr je n’ai aucune certitude qu’il s’agisse de ma fille cela dit ses yeux sont ceux de son père et je connais Mary de plus je sais qu’il n’a eut qu’une seule autre fille, la mienne. Je part donc du principe qu’il s’agit d’Elizabeth. Je sais que je me répète et dans ma tête j’avoue que je suis totalement perdue est-elle ou n’est-elle point mon enfant. C’est affreux de penser cela pour une mère, quelle mère indigne je suis ! Je me sens d’un coup très mal à l’aise elle devrais m’en vouloir, beaucoup m’en vouloir. Peut être pense-t-elle que je l’ai abandonnée que je ne l’aime pas. Je me retrouve dans une situation des plus embarrassante car si je lui mens elle découvrira tôt ou tard la vérité et m’en voudra, mais si je lui dis la vérité tout de suite elle m’en voudra sans doute aussi et dans les deux cas il y a de fortes chances pour que cette enfant partent en courant.

Elizabeth Tudor« Excusez-moi de vous avoir dérangé, je ferais mieux de partir. »

Sa douce voix résonna à nouveau à mes oreille comme une mélodie des temps anciens. Je lève les yeux vers elle, je ne peux pas là laisser partir, pas encore j’ai passé trop de temps sans elle et elle me manque affreusement J’aimerais pouvoir, de tout mon cœur je le souhaite, parvenir à rattraper le temps perdu avec elle. Je pense bien que jouer à cache-cache dans Hyde park ne doit plus trop l’intéresser mais j’ai réellement envie de passer du temps avec elle et si je veux cela je suis obligée de lui dire la vérité…

Anne Boleyn« Mademoiselle, attandez, vous ne me déranger pas du tout bien au contraire, cela me fait réellement plaisir de voir une jeune vampire aimant l’histoire d’Angleterre »

Je la gratifie d’un joli sourire et me lève époussetant mon jean. Je l’invitai à sortir de la chapelle avec moi et nous nous arrêtâmes à nouveau devant l’échafaud qui a toujours le même effet sur moi, comme une douche de glaçon sur mon corps.

Anne Boleyn« Je crois vous reconnaître mademoiselle et dite moi si je me trombe, mais ne seriez vous pas la princesse Elizabeth Tudor d’Angleterre ? Fille du roi Henri et de sa deuxième épouse Anne Boleyn »

Je regarde la jeune fille et surtout, un éclat bleu attira mon œil, elle portait en effet la pierre que j’avais malencontreusement laisser choir lors de mon escapade à Whitehall.

_________________
UNDERCO
Revenir en haut Aller en bas
http://hampton-court.1fr1.net
avatar

••••••••••••••••
Hey mais c'est
Elizabeth Tudor
Yeah ❤
••••••••••••••••

Copyright : Mari-Jane


YOU && ONLY YOU
ORIENTATION SEXUELLE: Hétérosexuel
RELATIONSHIPS:
YOUR SECRETS:
MessageSujet: Re: ϟ A la recherche d'un passé oublié WITH Anne Boleyn    Mar 8 Fév - 3:57

J'étais sur le point de quitter cette funeste chapelle, quand la mystérieuse femme se mît à me parler. Étonnée, je restais là devant la porte, mon cœur semblait une nouvelle fois peser lourd dans ma poitrine. Pourquoi cette personne que je ne connaissais pas faisait-elle réagir mon corps ainsi. Je me retournais et planté mes yeux aux couleurs chocolats dans les siens. Mes yeux s'agrandirent à mesure qu'elle continuait à parler comment se pouvait-il qu'elle connaisse ma véritable nature? Je la dévisageais un peu plus et la pâleur de sa peau et son incroyable beauté me sautèrent aux yeux. Elle était comme moi. Mon regard tomba alors sur un pendentif surmontait d'un diamant bleu, comme le mien. Mon visage afficha alors une mine suspicieuse. Que faire? Devais-je partir loin de cette femme qui pourrait révéler au grand jour ma nature? Ou dois-je rester?
Jusqu'ici, j'avais tout fais pour que personne ne puisse savoir ce que j'étais. Je me forçais à me nourrir chaque jour au repas en compagnie des McCrory, bien que je privilégie la viande saignante, et dès que j'ai soif de sang, je m'enfuis discrètement et je quitte les beaux quartiers dans lesquels je vivais pour les plus malfamé de Londres. Là-bas, je choisis soigneusement mon repas. Je prends bien souvent des hommes, assez fort et surtout qui n'avait ni aucune drogue dans le sang. J'avais essayé une fois et j'ai trouvé le goût détestable. Bien souvent je prenais des notables et grâce à un formidable pouvoir que j'avais découvert, j'arrivais à les attirer à l'écart de tous. Et là je m'en nourrissais. Je ne buvais jamais jusqu'à la dernière goûte, je ne voulais pas tuer mes repas directement. Ainsi, je ne me sentais pas fautive de leur mort. Même si j'étais une vampire, je ne désirais pas être cruelle, ni me comportais comme un monstre, cela serait inférieur à mon rang de princesse qui m'a été donné à ma naissance.

Ma curiosité gagna face à mon dilemme, la femme me proposa alors de sortir et je la suivies docilement par politesse. Pour le moment rien chez elle me paraissait menaçant, mais je préférais me méfier tout de même, je savais que les vampires étaient parfois impulsifs et je ne désirais en aucun cas risquer ma vie après plus de quatre siècles passaient dans les caves de notre ancien château.
Soudainement, la femme s'arrêta devant l'échafaud qui trônait fièrement au milieu de la cours. Mon regard ne pût s'empêcher de le regarder, tandis que je m'imaginais les nombreux morts qu'avaient pu connaître ce lieu. Parmi mes connaissances, il y avait eu ma mère ainsi que mon oncle George Boleyn, ces deux personnes bien que proches de mon sang, m'étaient inconnues. J'étais si jeune à l'époque. A peine trois ans. Comment voulez-vous, vous souvenir d'un visage quand durant toute votre vie on a tenté de vous en retirer les moindres fragments? Par la suite, il y eu aussi Lady Rochford, ma tante par alliance. Je ne lui avais jamais vraiment parlé et je pense que celle-ci ne m'appréciait guère, en tout cas elle fût rejointe quelques minutes plus tard par la jeune Katherine Howard.
Oui ce lieu était imprégné de sang. Le sang de la cruauté d'un seul homme, mon père. Qui avait décidé de n'épargner personne. J'ai toujours trouvé la mort de Katherine injuste, bien qu'elle ait été infidèle, elle était si jeune, trop jeune pour recevoir ce châtiment. C'est cette événement qui me fit prendre conscience que jamais je ne prendrais pour époux un homme. Être mariée n'apportait que le malheur dans une vie. Par contre, être seule, nous permettait d'user de notre vie comme bon il nous semble. Et à cette époque, mon souhait serait réalisable. Ici, les humains n'étaient pas obligé de s'unir pour vivre ensemble et même leurs enfants n'étaient pas considérés comme des bâtards, si il advenait à en naître en dehors du mariage.
Le monde avait changé et ce nouveau monde avait tendance à déteindre sur moi, grâce à la nièce des McCrory, je commençais à me comporter comme une adolescente anglaise. La jeune Hélène m'avait fait découvrir les joies du shopping et des sorties avec les jeunes de mon âge. Fréquenter ces humains, me permettait de me sentir plus à l'aise avec les personnes sans avoir aucune crainte de mettre le déshonneur sur ma famille et surtout je n'avais plus à obéir aux règles du protocole. Ici, avoir un comportement indécent, comme par exemple vomir après avoir trop ingéré de l'alcool était normal. Bon, je n'ai jamais tenté l'expérience, surtout quand j'ai découvert l'état dans lequel Hélène était. Par contre, j'aimais beaucoup aborder la gente masculine et flirter avec eux, comme on dit à cette époque.
Je fus arraché violemment à mes pensées par la femme qui venait de me demander, si j'étais bien Elizabeth Tudor, la fille du roi Henri VIII et d'Anne Boleyn. Mes yeux s'agrandirent d'horreur tandis que ces paroles me firent l'effet d'une douche froide.
Je me reculais alors de la femme, la fusillant du regard. Comment une personne que je n'avais jamais vu de ma vie pouvait-elle connaître mon identité? De toute façon il était trop tard pour que je nie quoique ce soit, la personne en face de moi avait du remarquer mon comportement.

« Comment êtes-vous au courant de cela? Qui êtes vous? Je ne vous ai jamais vu par le passé, et je ne pense pas que les portraits qui ont été fais de moi sois aussi représentatif, si ils existent encore. »

Tout en affichant un visage remplie de colère, je me reculais encore de cette vampire qui venait de me démasquer. Cette situation était vraiment un imprévu. Jamais je n'aurais du me rendre dans ce lieu. Cette femme était sans doute en contact avec le reste de ma famille et si ils me retrouvaient, je pouvais dire adieu à la liberté que je venais d'acquérir.
Revenir en haut Aller en bas
ANNEBOLEYN.
    Tragic Destiny
avatar

••••••••••••••••
Hey mais c'est
Anne Boleyn
Yeah ❤
••••••••••••••••

Copyright : Angel's Industry
Localisation : not here darling


YOU && ONLY YOU
ORIENTATION SEXUELLE: Hétérosexuel
RELATIONSHIPS:
YOUR SECRETS:
MessageSujet: Re: ϟ A la recherche d'un passé oublié WITH Anne Boleyn    Mar 8 Fév - 15:39

Cette grande coure aux pavés presque tous plats, ses murs gris gigantesques et là au fond, trônais cette construction en bois un peu branlante avec le temps, avec dessus un billot. Chose que je n'ai jamais eu à utiliser. Le roi dans sa grâce m'a permis de choisir le bourreau qui me trancherait la tête. Et pour tout vous dire après avoir vu l'exécution de mon frère, George et de monsieur Norris, une hache me faisaient vraiment très peur, j'ai donc choisi un homme venant de Calais, un bourreau sachant magné l'épée et dont les coups étaient droit et habile. Je comptais grandement sur lui pour que je ne vois pas arriver le coup. Je savais en évidemment que je ne mourrais pas mais l'idée me stressait tout de même n'oublions point qu'à l'époque j'étais un très jeune vampire, je n'ai point l'expérience que j'ai maintenant. Je me posais des questions et j'en posais à Lady Rochford, Au point que ma pauvre créatrice n'en puisse plus. L'idée de perdre ma tête me terrorisait, je craignais grandement de ne pas pouvoir me régénéré même si Jane m'a promis que sur le soleil et le feu pouvaient tuer les vampires. Mais cela ne pouvait me rassurer. C'est pourquoi j'ai tant insisté pour que ce soit le bourreau de Calais qui me tranche la tête, comme ça, au moins si je ne me réveille pas je n'aurais pas senti la mort arrivée.

Lorsque j'appris pour la "mort" de Lady Rochford et la réelle mort de la reine Katherine. Je me suis sentie chanceuse et je me suis dite alors, que le roi devant sans tout encore m'aimer pour faire preuve d'autant de bonté. Cela dit, il m'a tout de même tuée donc le mot "amour" est peut-être un peu fort nous dirons plutôt affectionnée. Je ne suis pas sûr que le roi... Je veux dire l'ex roi d'Angleterre soit capable d'aimer réellement. Cependant, moi je l'ai aimé et l'affection "torride" qu'il m'a offert en retour lors de ma montée vers la gloire me suffisait. Peut être aurais-je dû rester avec Thomas Wallace, mon premier homme, un poète hors pair. Mais je n'aurais jamais été reine d'Angleterre, jamais je n'aurais eu Elizabeth...Jamais on ne se serait souvenue de moi et jamais je ne serais "morte" en martyre, car c'est désormais ce qu'il se dit, ayant été innocentée de toutes mes accusations, je serais morte en martyre comme sir Thomas More.

Un corbeau se posa sur le billot devenu bordeaux-marron avec tout le sang qui a dû couler et moi je posai mon regard sur la jeune vampire, ayant l'oeil entrainé il n'était pas difficile pour moi de reconnaitre des personnes de ma race, mais c'est vrai qu'il faut un petit peu d'entrainement. Mais cela l'effraya quelque que peu vu qu'elle recula légèrement. Je n'allais pas la démasquer, vu que je suis comme elle. Je ne lui veux que du bien, mais cela dit, je comprends qu'elle soit effrayée après avoir passé tous ces siècles enfermées, être enfin libre et là, une bonne femme lui sors qu'elle est un vampire. J'avoue que ça peut être déstabilisant. C'est pourquoi, j'ai marqué un temps de pose sans la regarder, observant la fenêtre d'où j'ai vu mon frère mourir. La fenêtre de ma prison. J'ai appris plus tard que c'est avec l'argent d'Elizabeth que Henri a payé ma chambre à la tour, mes dames de compagnie ma robe ainsi que le bourreau... C'est ma fille qui a payé mon internement. Un frisson parcoure mon échine à cette pensée, quel homme cruel. Ma voix s'élève à nouveau dans le silence de la coure. Nous pouvions entendre, au loin les touriste s'extasier devant le musée ou devant les bijoux royaux. Je demande à cette jeune fille si je ne me trompais pas à propos de son identité.


Elizabeth Tudor« Comment êtes-vous au courant de cela? Qui êtes vous? Je ne vous ai jamais vu par le passé, et je ne pense pas que les portraits qui ont été fais de moi sois aussi représentatif, si ils existent encore. »


Sa réaction me rassura, cela signifiait que je faisais bel et bien face à mon enfant. Et disons qu'elle ne m'étonnait pas non plus, j'aurais eu peur aussi à sa place...enfin non je pense que j'aurais montré les crocs et que je lui aurais sauté à la gorge. J'ai toujours eu un caractère très "rentre dedans". Je me tourne vers la jeune fille effrayée avec un air désolé. Le temps de la vérité était enfin arrivé et au fond ce n'est pas trop tôt.


Anne Boleyn« Attends, je ne tiens pas à te faire peur. Je sais qui tu es parce que tu ressembles à ton père. Elizabeth, je suis ta maman. À l'époque où j'ai dû t'abandonner je t'ai promis de revenir je ne pensais pas que ça prendrait autant de temps. Je suis sincèrement désolée »

Avouais-je après quelques instants de réflections sur la manière dont j'allais le lui annoncer. Cependant, je n'ai nullement utilisé les phrases que j'avais préparées, j'y suis allée sans trop me poser de question, voulant paraitre la plus sincère possible.

_________________
UNDERCO
Revenir en haut Aller en bas
http://hampton-court.1fr1.net
avatar

••••••••••••••••
Hey mais c'est
Elizabeth Tudor
Yeah ❤
••••••••••••••••

Copyright : Mari-Jane


YOU && ONLY YOU
ORIENTATION SEXUELLE: Hétérosexuel
RELATIONSHIPS:
YOUR SECRETS:
MessageSujet: Re: ϟ A la recherche d'un passé oublié WITH Anne Boleyn    Ven 11 Fév - 18:29

Mettre de la distance entre cette femme et moi me rassurait. Son visage me disait toujours quelques chose, mais je ne me souvenais pas où est ce que j'avais pu le voir. Elle avait peut être été l'une des maîtresse de mon père. Et si elle se trouvait devant moi, c'était peut être par sa faute que nous étions tous devenus. A cet instant mes yeux lancèrent des éclairs, mais ma nature modérée voulait que je ne saute pas à la gorge de cette femme. J'étais un monstre, mais jamais je ne voudrais l'assumer pleinement. Pour moi être une vampire m'empêchait de devenir quelqu'un. Pour le restant de ma vie, je resterais dans un corps juvénile. J'avais peut être manqué aussi de devenir reine, dire qu'ils ont osé mettre à la place de père une certaine Marie Tudor sortie de nulle part et dont le trône ne lui revenait pas. Cette couronne aurait du être soit celle de Edouard, soit celle de Marie ou encore la mienne. J'étais née pour devenir reine, moi même je l'aurais voulu pour rendre fière ma mère, cette mère qui elle même a été reine pour trois courtes années. Ici, je ne pourrais pas prendre la couronne de cette vieille reine, puisqu'on peut le dire, elle est vieille et son fils qui attend sûrement avec impatience la couronne est aussi vieux. Cette Angleterre était trop différente de la mienne.

Je vis un sourire désolé sur le visage de cette femme qui semblait vraiment me connaître où en tout cas, elle m'avait connu durant mon pensé. Alors que je voulais partir et m'éloigner de cette femme, ses nouvelles paroles furent un choc pour moi « Attends, je ne tiens pas à te faire peur. Je sais qui tu es parce que tu ressembles à ton père. Elizabeth, je suis ta maman. À l'époque où j'ai dû t'abandonner je t'ai promis de revenir je ne pensais pas que ça prendrait autant de temps. Je suis sincèrement désolée »
Je fus prise d'une soudaine fureur, comment cette femme osait dire qu'elle était ma mère? Ma mère était morte et je venais justement d'aller voir sa tombe. Il n'y a jamais eu d'erreur, une fois j'ai entendu l'un des serviteur de Whitehall raconter la mort de ma mère à laquelle il avait assisté. Il ne se doutait pas que j'étais là. Mais j'ai tout entendu, il a parlé de la noblesse de ma génitrice quand elle s'est retrouvée à l'échafaud.
Ma mère, cette mère dont j'ai du moi même payer l'exécution. Celle qui m'a mise au monde, elle était morte et elle reposait en paix depuis environ cinq siècles.

« Mensonge! Sifflais-je. Ma mère est morte et enterré, ne salissais pas son image Madame. Si elle avait été vivante, jamais elle ne m'aurait laisser dans la souffrance dans laquelle j'ai vécu durant mon enfance avant que le roi ne me reconnaisse comme sa fille. »

Je fusillais du regard cette femme, qui pour moi était grossière. Ainsi salir ma mère en se faisant passer pour elle. Je ne pouvais pas la croire. Pour moi, si ma mère était vivante, elle serait venu me chercher depuis longtemps. Elle ne m'aurait pas laissé vivre dans une misère inférieur à mon rang. Je n'avais pas été maltraîté, mais j'avais vécu telle une petite bourgeoise, sans le sou. Je n'avais plus eu de pension, plus rien. Le peu d'argent que j'avais obtenu c'était de ma belle mère Jeanne Seymour. Je l'en avais milles fois remercié à notre rencontre.
Aujourd'hui, la seule présence maternelle dans ma vie avait été Anne de Clèves. Cette femme douce, c'est elle qui m'avait prodigué des enseignements, elle m'avait accueilli chez elle, regardait exécuter mes pas de danses. Oui si ma mère aurait été vivante, elle aurait toujours été là pour moi. Ca aurait été elle à la place d'Anne et nulle personne d'autre.

Même si je niais les paroles de cette personne en face de moi, je ne pouvais que douté. Si elle était ma mère, cela expliquerait pourquoi son visage m'exprimait vaguement quelque chose. Mais je ne pouvais pas écouté ces paroles. Si elle était ma mère je lui en voudrais de ne pas avoir été présente pour moi. Elle aurait eu cinq siècles pour venir me chercher, hors, elle ne l'a pas fais.
Je regardais une nouvelle fois le visage de cette femme, elle semblait sincère, mais non, pour moi ça ne pouvait pas être vrai. On m'avait trop longtemps dit que ma mère était morte pour que je puisse croire qu'elle soit vivante. Non c'était au dessus de mes forces.
Revenir en haut Aller en bas
ANNEBOLEYN.
    Tragic Destiny
avatar

••••••••••••••••
Hey mais c'est
Anne Boleyn
Yeah ❤
••••••••••••••••

Copyright : Angel's Industry
Localisation : not here darling


YOU && ONLY YOU
ORIENTATION SEXUELLE: Hétérosexuel
RELATIONSHIPS:
YOUR SECRETS:
MessageSujet: Re: ϟ A la recherche d'un passé oublié WITH Anne Boleyn    Ven 25 Fév - 0:07

Moi, Anne Boleyn, jadis maitresse de sa majesté puis reine et mère de la seconde fille de son altesse et maintenant...professeur d'histoire d'Angleterre dans une université...Cela parait pour le moins dégradant je trouve. Cela dit après ce que j'ai vécu, après cette humiliation, car ne ne vois pas d'autre mots pour qualifier ce que m'a fait subir mon époux, je ne pouvais aspiré à un meilleure avenir. depuis tous ses siècles je me suis démenée pour que personne en découvre ma véritable identité me faisant passée pour al descendante de ma soeur aînée Mary, la seule, qui...sans moi aurais survêcue à la descente de la grande et noble famille des Boleyn. La moins ambitieuse, la plus idiote. A l'époque la femme devait être idiote pour survivre. J'avais bien trop de convictions et d'ambitions, la à fait sans doute peur à Henry. Après tout son espagnol d'ex femme...(le temps n'a rien changé je déteste toujours autant Catherine d'Aragon) n'était pas ce que l'on pouvait qualifié d'épouse libre de d'exprimer. Il suffisais que son neveux ne fasse pas ce que Henry désirais pour que celui-ci en veuille à son épouse, et le pire c'était que Catherine ne cherchait point à lui donner tords.

Actuellement je crains le retour de Mary, la fille de cette sudiste. Peut être pas autant qu'à l'époque car il est vrai qu'avant...j'étais sa mort et elle la mienne. Elle a gagner sur ce coup, je suis morte avant elle. Cela dit, au final peut être que j'ai gagné si elle n'a pas été transformée. J'avoue que je l'espère. J'espère ne pas avoir à la revoir. je me souviens toujours de nos violentes querelles lorsque je rendais visite à ma fille bien aimée. je en lui demandais qu'un toute petite chose pourtant...qu'elle me reconnaisse en tant que reine. je ne pensais pas demander la lune. Après tout sa mère était déjà quasiment morte. je ne la crains que pour une chose qu'elle me dévalorise aux yeux de sa majesté chose que je trouverais fort déplaisante je l'avoue.

Mais après tout à quoi sert-il de remuer le passer ce qui est fait est fait et cela ne sais pas à grand chose de tenter de réparer ses erreur. je la regarde s'éloigner et je sens pointer en moi un forte douleur et mes yeux s'emplissaient se ce liquide rouge foncé. D'une main rapide j'essuyais cette marque de souffrance causée par la jeune demoiselle en face de moi.


Elizabeth Tudor — « Mensonge! Ma mère est morte et enterré, ne salissais pas son image Madame. Si elle avait été vivante, jamais elle ne m'aurait laisser dans la souffrance dans laquelle j'ai vécu durant mon enfance avant que le roi ne me reconnaisse comme sa fille. »



Quelle paroles violente, je vois dans ses yeux qu'elle se contenait pour ne pas me tuer, cela dit que lui déconseille fortement de m'attaquer car bien que ne soit pas beaucoup plus âgée qu'elle j'ai tout de même des siècles d'expérience qu'elle n'a pas.


Anne Boleyn — « je suis la créatrice de ton père c'est moi qui l'ai transformé c'est pour cela qu'il m'a mise à mort entre autre il ignorait cependant que me trancher la tête n'allais nullement me tuer juste profondément m'affaiblir. Comment aurais-je pus, après cela revenir en Angleterre. je n'ai cesser de penser à toi de vouloir venir te chercher et te transformer. Mais sincèrement ne préfères-tu pas être là et avoir éternellement 17 ans plutôt que d'avoir éternellement 4 ans ? Car si j'étais venu te chercher c'est ce qui se serais produit n'ai aucun doute à se sujet. »


Dis-je d'une voix tremblante. je le trouvais particulièrement ingrate avec moi. Si elle savait à quel point la séparation fut difficile j'ai particulièrement mal vécu le fait de ne pas pouvoir être la pour la voir danser pour la voir parler en français ou la voir pratiquer sa musique. Et puis le pire fut de me dire que ma pauvre enfant vivait dans une misère inacceptable pour son rang.


_________________
UNDERCO
Revenir en haut Aller en bas
http://hampton-court.1fr1.net
avatar

••••••••••••••••
Hey mais c'est
Elizabeth Tudor
Yeah ❤
••••••••••••••••

Copyright : Mari-Jane


YOU && ONLY YOU
ORIENTATION SEXUELLE: Hétérosexuel
RELATIONSHIPS:
YOUR SECRETS:
MessageSujet: Re: ϟ A la recherche d'un passé oublié WITH Anne Boleyn    Dim 6 Mar - 2:43

J'étais prête à quitter ce lieu maudit, quand cette femme qui se disait être ma mère répliqua à mes paroles cinglantes. Avais-je été injuste, probablement, mais je ne pouvais qu'en vouloir à cette personne, je voyais bien des marques de mon visage sur le sien, ce qui prouvait bien qu'on était lié de prêt ou en loin. Pourtant me dire qu'elle était ma mère était au dessus de mes forces. Même si j'avais toujours voulu la connaître, j'avais appris à vivre sans mère, ce qui me permettait de m'éduquer seule et de m'approprier mes propres valeurs.
Être Elizabeth Tudor n'a jamais été une chose simple, mais j'avais appris à vivre avec cette notoriété. J'étais devenue ainsi la fille de mon père, je parlais diverses langues et on me félicitait pour mes gracieux pas de danses. Moi la fille d'Henri VIII, j'avais tout eu pour devenir reine, puisque tout au fond de moi, je savais que j'allais le devenir, Edouard avait une santé beaucoup trop faible et Mary avait des idées beaucoup trop conservatrice. Même si j'étais le troisième choix, je savais que ma destinée me permettrait de porter un jour la couronne d'Angleterre.
Malheureusement pour moi, il avait fallu que le peuple se soulève contre le roi mon père, nous condamnant ainsi à une mort certaine. Pourtant la mort n'était pas présente, la preuve, moi voici cinq siècles plus tard dans le corps éternel d'une jeune fille de dix sept ans.

« Si cela était pour me donner le corps d'un monstre, j'aurais préféré la mort. »

Les mots tranchaient l'air, je la regardais droit dans les yeux la défiant. Je n'étais pas la fille d'Henri VIII pour rien, je ne voudrais pour rien au monde me rabaisser devant une personne.

« Si vous n'aviez pas eu l'audace de transformer mon père, jamais l'Angleterre se serait soulevé contre nous et peut être qu'aujourd'hui, j'aurais marqué l'histoire de ce pays par mon nom. Parce que oui, j'aurais préféré une vie brève mais glorieuse, plutôt que de vivre dans un tel monde en portant le masque d'un monstre. »

Je désirais clairement faire comprendre à cette femme que jamais je n'accepterais ma nouvelle nature, même si pour cela je me devais d'être cruelle, je le ferais.
A ce moment là, je ne pouvais que penser à ma demie sœur Mary, elle qui cachait si bien son jeu derrière la douceur de ses traits, j'avais vite compris que ses idées catholiques auraient porté l'Angleterre dans une nouvelle guerre si elle adviendrait un jour au trône. Au fond d'elle Mary désirait se venger de la perte de sa mère et perpétrer ainsi cette dernière en pourchassant, ceux qu'elle jugeait être des hérétiques. Si je connaissais cette sombre vérité, c'est parce que j'avais surpris une conversation entre elle et l'ambassadeur espagnol Chapuis. Sois dit en passant, je détestais cet homme.
Il ne faut pas croire que je suis curieuse, mais ce jour là, j'en ai plus appris sur ma demie sœur que durant toutes les années où nous nous sommes côtoyés. Cette révélation, me conforta dans l'idée, que je devais me méfier de Mary.
Revenir en haut Aller en bas


••••••••••••••••
Hey mais c'est
Contenu sponsorisé
Yeah ❤
••••••••••••••••


MessageSujet: Re: ϟ A la recherche d'un passé oublié WITH Anne Boleyn    

Revenir en haut Aller en bas
 

ϟ A la recherche d'un passé oublié WITH Anne Boleyn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HAMPTON COURT ™ :: « LONDON » :: West End :: Tour de Londres-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit